Le monde de la petite enfance

11 Jul 2017

 

Allez ! Dépêche-toi ! De t'asseoir, de marcher, de manger seul…de grandir !

Pris dans l'engrenage du rythme de vie de ses parents, l'enfant doit se caler sur la cadence infernale parentale, toujours plus rapide, toujours plus efficace.
Etre à l'écoute du rythme de l'enfant, l'aider à trouver sa place dans le monde, n'est-ce pas dans les lieux d'accueil de la petite enfance que ces valeurs doivent être initiées et promues ? En partenariat étroit, bien évidemment avec les parents de ces chérubins.

La place des professionnels de la petite enfance
Les E.A.J.E : « Etablissement d'accueil des jeunes enfants » doivent jongler avec des impératifs économiques, ils doivent « remplir » leurs établissements le plus possible tout au long de l'année (on parle de surbooking), être rentable faute de subir une diminution des subventions qui viendrait complexifier un fonctionnement voire le rendre impossible.
Tous ces éléments peuvent interroger sur la place des professionnels de la petite enfance.
Une étude sur le développement du jeune enfant et des modes d'accueil en 2016 initiée par le ministère des familles et confiée à Mme Giampino, psychanalyste, fait ressortir plusieurs points importants dans les objectifs à atteindre pour les crèches :

- Permettre au petit enfant de se sécuriser, de construire sa confiance de base
- Apprendre au jeune enfant à prendre soin de lui grâce à une puériculture tournée vers l'autonomie
- Donner au jeune enfant des clefs pour se repérer dans les relations, s'identifier, sentir la valeur de soi et la valeur de l'autre
- Offrir à l'enfant des conditions, du temps et de l'espace pour se déployer et apprendre, en exerçant sa vitalité découvreuse et ludique
- Inviter le petit enfant à se socialiser et entrer dans la culture, à apprivoiser le langage, des codes et des valeurs.

Nous voyons là que les professionnels de la petite enfance ont un rôle important à jouer dans la construction de l'identité de l'enfant.

L'écoute du rythme et des besoins de l'enfant
En termes de relation et de socialisation, dans toutes les crèches, il est d'usage de s'adresser au bébé avant chaque soin, lorsque l'on va le prendre dans les bras. Tout ce qu'on va faire avec lui est verbalisé, et c'est tant mieux !
Le tout dans une écoute respectueuse des besoins de l'enfant et du rythme de son développement psychomoteur.
Il est également acquis que l'on doit réfléchir aux incontournables d'un accueil bienveillant pour le bébé et ses parents. Que ce soit lors de l'adaptation1 ou au cours de sa vie en crèche.
Pour exemple, des réflexions sur un accueil de qualité essayent de conjuguer deux aspects qui paraissent bien éminemment antagonistes, écouter le propre rythme de chaque enfant et l'harmoniser avec le désir de certains parents qui veulent que leur enfant grandisse vite.
Un bébé a le droit de prendre son temps pour découvrir par lui-même la position dorsale/ventrale en se retournant, pour se mettre à quatre pattes, pour s'asseoir, pour se mettre debout et esquisser ses premiers pas. L'important et le nécessaire est qu'il le fasse seul et à son rythme. S'il est aidé par les adultes dans ses acquisitions, s'il est poussé à acquérir des postures corporelles qu'il n'a pas découvertes par lui-même il y aura des troubles, certains irrémédiables d'un point de vue ostéopathique, dans sa motricité libre.

La motricité libre a été révélée par le Dr Emmi Pickler, pédiatre de la pouponnière Loczy dans les années 50/60. Ce pédiatre a en effet observé qu'en laissant l'enfant entièrement libre de ses mouvements, écouté dans son propre rythme, il se développait dans une confiance non seulement corporelle mais une confiance et estime de lui dans son « être » profond. On pourrait dire que « moins l'adulte aide l'enfant, plus celui-ci sera autonome dans son développement ».

De ce fait, il semble important d'amener le personnel des crèches à être moins dans le « faire », à se poser un peu plus. A titre d'exemple, il peut être proposé, chez les moyens et les grands (à partir de 18 mois jusqu'aux trois ans de l'enfant) une organisation avec : des plateaux-repas où tous les aliments sont déposés dans un plateau au lieu du classique « entrée-plat-dessert » Ainsi, l'enfant découvre par lui-même la saveur, la texture des aliments et joue à faire des mélanges qui peuvent paraître parfois audacieux pour l'adulte mais qui font partie de son besoin impérieux d'explorer le monde. Et, le personnel est ainsi présent auprès de l'enfant, et non pas pour débarrasser/servir les multiples assiettes mais pour le soutenir dans son exploration et son apprentissage de l'autonomie. Le repas est alors un moment d'apprentissage, de convivialité et ce dans le calme.

L'observation en crèche
Cette démarche devrait faire partie intégrante des pratiques. Que ce soit une observation en direct d'un enfant, d'un groupe d'enfants ou bien une vidéo dans l'objectif d'une meilleure gestion de l'organisation, d'une adaptation du comportement de l'adulte avec tel enfant, d'une réflexion sur un moment clé de la journée…tout est sujet à être observé pour être analysé.
Et c'est bien à travers l'observation que la prise de recul nécessaire de sa pratique peut avoir lieu. Un échange et une réflexion en équipe par la suite va pouvoir décoder tel ou tel comportement d'un enfant, va pouvoir améliorer la prise en charge lors d'un conflit entre enfants ou bien telle pratique lors d'un moment de transition entre le repas et le début de la sieste par exemple. L'observation, l'écoute du rythme de l'enfant, la parole qui circule au sein des membres des équipes, un dialogue ouvert avec les familles est un travail au quotidien qui demande effectivement aux équipes d'apprendre à prendre le temps. Se réinterroger en permanence sur ses pratiques, prendre le temps de réfléchir à l'accompagnement des enfants et de leurs familles afin que l'enfant puisse s'épanouir en toute sécurité, puisse développer ses potentialités nécessite un travail d'équipe, qui, lorsqu'il existe, permet de constater qu'il y a un travail remarquable dans de nombreux établissements.
Néanmoins, reste une question que ces équipes se posent et qui pourrait se décliner ainsi:
« Comment rendre plus visible le travail fait au quotidien ? »

Isabelle Gueudré, puéricultrice, art-thérapeute, intervenante pour Expression


1 L'adaptation : terme utilisé en crèche pour favoriser l'intégration du bébé au sein de la collectivité ainsi que ses parents. Elle est aussi orientée du côté des équipes qui elles-mêmes doivent s'adapter à ce petit être qui arrive en crèche.

 

Please reload

Posts Récents

November 18, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon

01 42 72 77 32