Pourquoi et comment parler de la sexualité ? vignettes autour de situations réelles

16 May 2019

 

 

Notre organisme « Expression » accompagne des éducateurs, des assistantes sociales, des veilleurs-lleuses de nuit, des psychologues, assistant-es familial-es, médecins mais aussi des conseillères conjugales et familiales. Très souvent, dans les situations exposées dans le cadre de supervision ou d'analyse des pratiques, des questions sont soulevées autour de la sexualité et de la relation entre les femmes et les hommes. Dans cette lettre d'information, je voudrais vous faire part de quelques exemples de situations qui nous ont amené-e-s, en tant qu'intervenant-e-s au sein de notre organisme, à élaborer et réfléchir autour de ces sujets pour mieux nous positionner et vous accompagner.

Les éducateurs-trices qui travaillent dans un service d'un centre départemental de l'enfance et de la famille se questionnent sur leurs attitudes au moment de la douche et des toilettes quotidiennes. C'est un moment intime où les enfants se structurent et intériorisent le rapport à la pudeur, à ce qu'ils veulent, peuvent montrer de leurs corps. Comment évoquer avec ces enfants ce qui les touche, les questionne, ce qu'ils exhibent avec plaisir, ce qu'ils cachent avec honte, ce qu'ils veulent partager ou pas avec les autres ? Comment faire avec la différence, avec le groupe ? Quelles sont les limites à mettre ? Comment expliquer ces limites ? Les compétences des éducateurs sont-elles sexuées ? Les femmes s'occupent-elles des douches des filles et les hommes de celles des garçons ?

Une conseillère conjugale et familiale mène un entretien pré-IVG avec une jeune femme mineure qui, petit à petit prend confiance et se livre. Elle n'est pas à l'aise avec son compagnon dit-elle et subit des pressions. Comment la conseillère peut-elle poursuivre l'échange lorsque la jeune lui explique que son compagnon a souhaité qu'elle ait des rapports sexuels avec un autre copain et qu'elle n'a pas réussi à dire non ?

Comment cet éducateur peut-il échanger avec cette petite fille de cinq ans qui l'embrasse sur la bouche et a, sans arrêt, des attitudes et des postures de séductrice ? Que sont des attitudes séductrices ?

Comment cette veilleuse de nuit qui travaille avec des adolescents peut-elle intervenir lorsqu'elle sait que deux jeunes de 14 ans viennent d'arriver dans le foyer et qu'ils ont pratiqué ce qui a été jugé par une autre équipe éducative comme un viol collectif ?

Une assistante familiale est amoureuse du père d'un enfant qui est placé par décision de justice et qu'elle accueille depuis deux ans. Le couple finit par plus ou moins cohabiter officieusement car l'assistante familiale a peur de perdre son emploi. L'histoire finit par se savoir. Comment l'éducatrice référente de l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) peut-elle intervenir, d'autant plus que l'institution ne se positionne pas clairement ?

Comment certaines situations peuvent nous laisser sans voix ? Ainsi, depuis plusieurs mois, cette équipe éducative a réussi à animer régulièrement des réunions d'enfants une fois par semaine. Les jeunes ont pris l'habitude de parler d'eux et de s'écouter. Un soir, début janvier, une petite fille de 12 ans explique ce qu'un garçon l'a obligée à faire la nuit du 25 décembre. Mylène, l'éducatrice qui nous raconte cet événement est bouleversée et ne sait comment accompagner les enfants.

De même, c'est la Saint-Valentin, la fête des amoureux. Mariana nous fait part de l'effervescence dans le foyer de l' ASE. Les enfants dessinent des cœurs, un petit garçon s'assoit sur ces genoux et lui demande : « tu veux bien être mon amoureuse, tu es mon éducatrice préférée avec toi c'est trop cool, on peut faire ce qu'on veut. Je veux dormir avec toi »

Encore, cette conseillère emploi d'un service RSA (Revenu de solidarité Active) d'une Mairie qui accompagne une jeune femme de 25 ans depuis plusieurs mois. Ce jour- là elle arrive avec son fils de sept ans qui assiste à l'entretien. Cette jeune femme vit dans un centre d'hébergement d'urgence avec son petit garçon. La conseillère a déjà croisé cette femme dans le métro, elle se laissait embrasser sur la bouche par son fils d'une manière provocatrice. Ce jour- là, la conseillère ose aborder cette question avec la jeune femme, qui finit par lui révéler avec plein de sous-entendus qu'elle est obligée de se prostituer dans le centre d'hébergement pour survivre et qu'elle ne sait pas quoi faire de son petit garçon.

Voilà quelques vignettes autour de situations réelles qui demandent aux intervenants de penser leurs pratiques pour pouvoir recevoir, écouter ses propos et appréhender autrement les situations afin d'ouvrir de nouvelles perspectives de sa pratique professionnelle.


Please reload

Posts Récents

November 18, 2019

Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon

01 42 72 77 32