Du genre et des bébés : quelques essais de puériculture égalitaire

29 Mar 2015

Du genre et des bébés : quelques essais de puériculture égalitaire 

 

 

  • Je n'arrive jamais à les reconnaître, ces deux là

  • Moi, je les repère aux chaussons


Il est vrai qu'Olga et Josué se ressemblent, comme deux gouttes de jumeaux. Elle porte un combiné pull et jean et lui aussi. Et comme l'a remarqué la puéricultrice, la féminité d'Olga et la masculinité de Josué ne peuvent se lire aujourd'hui que sur leurs pantoufles. Je me surprends à imaginer le jour où Olga et Josué les échangeront, histoire de rigoler un peu.

Les enfants de la maison « coloriage », celle des moyens, déboulent bruyamment dans le hall. C'est l'heure de la sortie des motos. Ça va vroumer sévère dans le petit couloir. J'assiste d'abord à une performance de genre : les six gars se précipitent vers les engins tandis que Capucine s'installe spontanément dans la petite cabane, sans doute pour investir quelques tâches ménagères imaginaires. L'éducatrice remarque immédiatement son retranchement dans la maisonnette et l'invite à prendre une moto. Capucine démarre en trombe sur son deux-roues à mollets.

Comment le genre vient aux enfants ? Ludivine m'explique qu'Anis et Matthieu choisissent régulièrement les robes de princesse dans la malle à déguisement. En coulisses, cela fait parfois sourire ses collègues. Un jour, un père est resté sidéré devant son fils qui se pavanait en frous-frous. Comment on fait, dans ces cas là ?

Je suis censé inviter des éducatrices et des puéricultrices à observer des effets de genre dans l'éducation des tout petits. Jusque là, ce sont surtout les gamins qui m'observent. Leurs grosses billes s'acharnent synchroniquement sur moi lorsque j'entre dans le petit réfectoire où le repas va commencer. Théodore me montre ostensiblement du doigt en signalant à qui veut l'entendre « :un mochieur, un mochieur ». Il est vrai qu'à part le cuisinier de la crèche, je suis le seul homme adulte dans les murs. Grillé par Théodore ou par mon statut de minorité contextuelle ? Est-ce ainsi que le genre vient aux enfants ?

Eliane vient me parler des règles du jardin. Elle aimerait travailler sur l'expression des interdits et des permissions lors des sorties au jardin. Je l'invite à chausser les lunettes du genre. Les interdits concernent-ils le dangereux ou le salissant ? Les filles et les garçons se comportent-ils de la même manière dans le jardin ? Y-a-t-il des transgressions particulièrement féminines et d'autres typiquement masculines ? Elle sourit. Les filles arrachent les fleurs et les garçons courent avec des bâtons dans les mains… Est-ce ainsi que le genre vient aux enfants ?

Yettou et Christiane s'intéressent au sexisme ordinaire dans les histoires pour enfants. Je leur suggère de tenter une histoire au genre inversé. Personnellement, je verrai bien « le beau aux bois dormants », un mec beau comme un camion qui subirait la susceptibilité d'un vieux sorcier aigri, un prince qui se piquerait avec une punaise et qui s'endormirait jusqu'à ce qu'une princesse musclée, sans peur et sans reproche, le sorte de sa torpeur par un french kiss des plus bruyants. Yettou et Christiane n'ont pas l'air convaincues et préfèrent tenter « la grande méchante louve et les trois petites cochonnes ». 

Elles préparent des marionnettes, une louve en brushing et des cochonnes à rubans, et jouent la pièce devant les mioches imperturbables. Ils sont tout petits, ceux là, et ils n'ont apparemment RIEN entendu de la féminisation du conte. Lorsqu'elles et ils récapitulent l'histoire, elles et ils parlent bien du grand méchant LOUP et des trois petits COCHONS. Un rebelle au nez tout emmorvé parle bien de cofons, mais je crois qu'il ne s'agit que d'une difficulté passagère de prononciation associée à une rhinite des plus classiques. Quoiqu'il en soit, le grand méchant loup était déjà grillé, connu pour ses méfaits et préjugé flippant. On n'a encore jamais entendu parler d'une grande méchante louve, les bébés et moi. Est-ce ainsi que le genre vient aux enfants ?

Comment peut-on construire à la crèche une puériculture égalitaire ? En laissant ces petits garçons composer des cœurs en pâte à sel, si le cœur leur en dit. En répondant gentiment à la collègue qui est entré en disant :

  • J'ai pris la ferme et des livres, et le circuit de voitures, si les garçons veulent jouer avec

  • Les filles peuvent aussi jouer aux petites voitures n'est-ce pas ?

En observant la maîtrise de Moussa, expert du rangement méthodique de la dînette, mettre les petits plats dans les grands. En remarquant que les étiquettes des porte-manteaux sont rouges pour les filles et bleues pour les garçons et en se demandant pourquoi on ne ferait pas dans le mauve pour tout le monde. En encourageant les jeunes hommes qui souhaitent devenir puériculteurs ou éducateurs de jeunes enfants à composer ce joli dessein. Et, puis, de temps en temps, en racontant aux enfants l'histoire incroyable de flocon noir et des sept naines. 
 

Briac CHAUVEL, Anthropologue-Intervenant, Expression 

En savoir plus, nos formations :

Construire l'égalité, c'est déranger les genres - Approche intersectionnelle pour l'Egalité des Femmes et des Hommes les 9 - 10 juillet 2015

Vers une puériculture égalitaire : égalité des sexes, interculturalité et mixité sociale pour la petite enfance 

Mais aussi sur notre site Expression

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon

01 42 72 77 32