Questionner ses pratiques professionnelles : comment le codéveloppement favorise créativité et coopération dans les organisations.(2)

 

 

Jean-Paul Lebrun a suivi une formation au sein d'Expression sur le co-développement des pratiques professionnelles. Expression ouvre aux participants la possibilité d'écrire, aussi, après Isabelle Gonse, Jean Paul Lebrun nous livre ici à son tour sa perception du co-développement.

 

Le codéveloppement Quésaco ?

 

La définition des créateurs, Payette et Champagne est la suivante : « Un groupe de codéveloppement, c'est un groupe de personnes qui veulent améliorer leurs pratiques professionnelles, quelle qu'elles soient, et qui s'entraident dans ce sens parce qu'elles croient pouvoir apprendre les unes des autres. »

Le codéveloppement facteur de créativité

En France et plus largement en Occident, le mode de décision est souvent basé sur le consensus. Dans les faits, c'est la majorité qui fait pression sur la minorité pour qu'elle se range à la décision « dominante ». Dans le codéveloppement, aucun consensus n'est recherché ! Chaque participant peut librement poser des questions et proposer des solutions originales et innovantes. Chacun est invité à ajouter du « et ». C'est là où le rôle de l'animateur est déterminant, car il doit tenir le cadre et faire face aux « je ne suis pas d'accord ». L'animateur doit favoriser la divergence afin que toutes les solutions, même apparemment farfelues soient posées dans le groupe.
Je vous propose l'image d'un groupe de musiciens qui improvisent, sans chercher l'harmonie, mais plutôt le contrepoint voire la dissonance. Chacun exprime sa vision de la problématique posée, avec ses propres grilles de lecture et système de valeurs, sans chercher à trouver un accord avec le groupe. Et c'est de cette divergence que va naître la créativité, d'abord dans le groupe de codéveloppement, puis dans l'organisation, par effet de rayonnement.

 

La coopération : responsabilité, solidarité et écoute des ressentis

 

La coopération repose d'abord sur la responsabilité des acteurs. En premier lieu, dans le groupe de codéveloppement, la personne qui a la position de « cliente » est aussi responsable du choix de la solution qu'elle s'engage à mettre en œuvre. Les autres participants, dénommés « consultants » la soutiennent grâce à leur questionnement et aux propositions exprimées. Dans l'intervalle qui sépare deux séances, le client est en responsabilité pour appliquer ou non les solutions qu'il a lui-même choisies. Il aura à cœur de s'engager avec la conscience de rendre compte à ses pairs des résultats ou changements obtenus, dans une dynamique d'efficacité.

La coopération s'appuie également sur la solidarité expérimentée pendant le processus. Le client est conscient que ses pairs ont une attitude soutenante, et non pas comme trop souvent, une posture de jugement, voire de dénigrement. La nouveauté avec le codéveloppement, c'est l'expérimentation de la solidarité, grâce au cadre tenu fermement par l'animateur. La solidarité n'est plus seulement présente dans les chartes de déontologie mais s'inscrit davantage dans la réalité. Grâce au codéveloppement, les participants acquièrent ainsi une double compétence : d'apprentissage dans l'analyse/exploration des situations et pédagogique en aidant les pairs à apprendre à partir de ce qu'ils vivent.

Le troisième élément favorisant la coopération est l'expression de ses ressentis et l'accueil des ressentis des autres. La encore, l'animateur a un rôle crucial. Il conduit le dispositif en tentant de prendre en compte l'écueil de l'illusion groupale et en stimulant les participants dans cette phase d'expression et d'accueil des ressentis. Chaque participant peut ainsi mesurer l'écart entre le message émis et ressenti. Le codéveloppement peut aussi permettre ainsi à l'organisation de gagner en maturité émotionnelle, ce qui améliore nécessairement la qualité de vie au travail.

Nous vous invitons à échanger avec des professionnels du codéveloppement et vivre un mini-atelier de co-développement avec l'équipe d'Expression, lors d'une rencontre débat le 22 novembre 2017 à 18h à l'IRCAM (inscription en ligne). Nous partagerons avec vous notre conception du co-développement des pratiques professionnelles au service de la créativité et de la coopération dans les organisations.


Jean-Paul Lebrun, Gestalt praticien et facilitateur de coopération

.


22 novembre 2017 de 18 heures à 20 heures 30

Atelier d'étude
1 Place Igor-Stravinsky, 75004 Paris

Questionner ses pratiques professionnelles :
le co-développement, un moyen de renforcer l'intelligence collective dans les organisations

 

 

 

Participation de 20 €

inscription en ligne

 

en savoir plus

 

 

 

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon

01 42 72 77 32