top of page

Quelques propositions pour préparer l’été

En ce début d’été, nous ne pouvons pas résister à notre rituel livresque, pour savourer par avance ces temps de vacances, sans totale vacance, à venir ! Comme toujours, vous y retrouverez notre diversité, nos champs de curiosité et de désir ! ➔ Un livre intelligent et bousculant, écrit par Mona Chollet, journaliste travaillant sur la condition féminine, le féminisme : Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles. Il existe également un livre audio. ➔ Pour en finir avec les vrais faux débats autour de l'intelligence artificielle, et régler définitivement la question, lire de Daniel Andler, intitulé Intelligence artificielle, intelligence humaine : la double énigme, Gallimard 2023. Nécessaire, incontournable, clair et rigoureux. ➔ Dans un tout autre registre, afin de libérer Hölderlin de Heidegger et ce faisant réinventer les liens entre poésie et philosophie, lire : Judith Balso, Ouvrir Hölderlin. Sur un thème, l’immigration, qui nous tient à cœur, parce qu’il vient nous chercher au plus profond de notre humanité et pour répondre à la demande de certains de nos stagiaires : ➔ Pour en savoir plus sur ces terribles parcours migratoires au féminin : Les damnées de la mer , Femmes et frontières en Méditerranée de Camille Schmoll. Fondé sur une recherche au long cours, menée aux marges de l'Europe, en Italie et à Malte, ce livre est une enquête sur la trace des survivantes. En restituant les multiples facettes de ces destinées, ce livre décline l'histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent la migrante-victime à la migrante-héroïne pour adopter le point de vue de l'expérience de ces femmes. ➔ Pour un autre regard : Immigration : le grand déni par François Héran, Professeur au Collège de France sur la chaire « Migrations et sociétés ». Par un étrange paradoxe, certains grossissent l’immigration pour mieux la dénier. Pour dissiper ces illusions, F Héran nous propose d’en revenir aux faits. Oui, la population immigrée a progressé en France depuis l’an 2000, mais moins que dans le reste de l’Europe. Non, notre pays n’a pas pris sa part dans l’accueil des réfugiés. La hausse vient d’abord de la migration estudiantine et économique, tandis que la migration familiale a reculé. Ce livre propose une approche résolument nouvelle de la question migratoire. ➔ Et pour aborder le point de vue citoyen : Une terre commune de Cédric Herrou nous parle d’une vallée oubliée, mi-française mi-italienne, une vallée à l’entre-deux, à l’entre-droit et devoir, où la compassion devient répressible, où le droit s’oppose à une morale, où la morale s’impose au pouvoir. Mais où nous avons créé une utopie capable de résister. ➔ Dans un tout autre registre, mais pour rester au cœur de notre quotidien professionnel, un livre pour pénétrer dans le quotidien de l’Aide Sociale à l’Enfance : Fragments de vie d'un référent ASE, Au cœur de la protection de l'enfance par Jacques Trémintin. Si tout le monde a entendu parler de l’Aide sociale à l’enfance, peu savent vraiment ce qui s’y passe. L’auteur, décrit le rôle de référent qu’il y a tenu pendant vingt-sept ans à travers des récits sans concession, ni pour lui ni pour son administration. Cet ouvrage qui se lit comme un roman, nous permet de plonger dans la pensée de l’agir éducatif. ➔ Dans le registre de nos grands classiques, un livre des années 80, revu en 1993, fondateur de la psychodynamique du travail, et toujours d'actualité : Travail, usure mentale de Christophe Dejours. Comment la souffrance au travail peut-elle modifier le sujet de l'intérieur ? Quelles défenses psychiques, quelles stratégies, est-il conduit à mettre en place, parfois à son détriment ? Dans quelle mesure ces attitudes se sont-elles banalisées ?

➔ Retour vers le futur avec un classique de la science-fiction (ou de l'anticipation ?) : Ubik de Philip K. Dick. Entre la régression du temps et l'instabilité du monde des morts, Ubik est le piège final des réalités. Dans ce roman culte, Philip K. Dick peint le portrait d'une humanité à l'agonie, dominée par la technologie. C'est un roman écrit en 1966 ! ➔ Pour une touche plus légère, un thriller passionnant sur la recherche au travers de différentes époques d'un échiquier légendaire et magique ayant appartenu à Charlemagne : Le huit de Katherine Neville. ➔ Et pour finir en douceur et en poésie : Comment vivre sur la planète terre de Nanao SaKaki. Pure ode à la joie de vivre, ces poèmes nous engagent à nous débarrasser d’une idéologie de l’homme tout-puissant et à nous ressourcer auprès de la nature. Quelle meilleure proposition pour ces vacances à venir !?



Σχόλια


bottom of page